CONDITION PHYSIQUE DU RANDONNEUR

 

L'appréciation de la difficulté d'une randonnée par rapport à la forme physique de chacun relève d'un jugement personnel, mais suppose avant tout un contrôle médical préalable.

 


CONTRÔLE MÉDICAL


Avant toute autre considération, le débutant doit être convaincu qu'une randonnée, même d'un niveau facile, n'est pas une simple promenade touristique, mais une activité relevant d'une discipline sportive, exigeant un effort soutenu et un certain entraînement. Randonner est en effet une activité d'endurance qui met à contribution le cœur, la respiration, les muscles et les articulations.

 

C'est pourquoi, chaque adhérent doit obtenir de son médecin un certificat médical l'autorisant à pratiquer cette activité de manière régulière.

 

Les randonneurs extérieurs, quant à eux, sont invités à contacter leur médecin avant de participer à une randonnée ponctuelle.

 


ÉVALUATION DE LA DIFFICULTÉ DU PARCOURS PROPOSÉ


Ensuite, avant toute participation, il faut lire avec soin le programme et la cotation de chaque sortie (dénivelé, distance, temps de marche, etc.). Le titre de la randonnée et le lieu de départ peuvent donner des indications sur le type de terrain : en effet, selon qu'un parcours se déroule en plaine, en garrigue ou en montagne, l'effort physique est différent.

Pour évaluer ses propres aptitudes par rapport au niveau de difficulté indiqué, le participant est invité à répondre aux questions suivantes :

- En ce moment,  est-ce que je suis en bonne santé ?

- Est-ce que je pratique la randonnée pédestre depuis de longs mois ?

- Est-ce que je fais du sport régulièrement, sans interruption ?...

 

En cas de réponse négative à l'une de ces questions (ou, en cas de doute), il est possible d'appeler l'animateur en charge de la randonnée (qui sera toujours de bon conseil), mais il est vivement recommandé d'interroger au préalable son médecin (cf. supra).

 


PRÉCAUTIONS DE NATURE ALIMENTAIRE


Enfin, la réussite d'une randonnée dépend également de quelques précautions de nature alimentaire qui permettront au randonneur de maintenir sa bonne forme physique tout le long du parcours.

 

Le boire

En toute saison, prendre de quoi boire en quantité suffisante. Il est habituellement recommandé de prévoir au moins un litre d'eau en hiver, et, au moins le double, en été.

 

Le manger

Bien sûr, il faut tout d'abord penser à emporter son pique-nique pour la pause déjeuner. Par ailleurs, il n'est jamais recommandé de partir à jeun. Toutefois, si l'on se trouve dans ce cas de figure, il convient de prendre avec soi de quoi grignoter en chemin (pâtes de fruits, chocolat, fruits secs...), ceci, afin d'éviter tout risque d'hypoglycémie.